La galerie Arnoux

Dès 1986, j'ai donné à la galerie Arnoux une double vocation et, en 2018, l'objectif d’un nouvel élan : ​

 Dès 1986, une double vocation :

  • A l’écart des modes passagères, la vocation essentielle de la galerie est de faire découvrir ou redécouvrir les avant-gardes abstraites des années 50 que l'on situe généralement dans le cadre plus large de la "deuxième école de Paris".

Elle est donc très active dans le « second marché » où elle acquiert des œuvres d’artistes connus.

Mais elle se consacre aussi à des expositions ou rétrospectives de peintres ou sculpteurs de cette période, le plus souvent en exclusivité, dont elle soutient le travail à long terme.

 

L’abstraction des années 50, l’un des principaux mouvements d’avant-garde du 20e siècle, commence enfin à prendre une place méritée auprès des collectionneurs avertis, heureux de trouver à la galerie des œuvres historiques à des conditions financières encore abordables.

La plupart des expositions de la galerie illustrent bien cette période clé, d’une effervescence créative exceptionnelle, où les artistes avaient, à juste titre, le sentiment de révolutionner le langage pictural.

  • La seconde vocation de la galerie concerne des artistes contemporains dont l'expression originale se distingue clairement de celles des années 50.

Dès 2018, le renouveau de la galerie :

  • Un net renforcement du « deuxième marché »

La politique d’achat d’œuvres importantes des années 50 s’intensifie : Atlan, Bissière, Debré, Estève, Germain, Hartung, Manessier, Marfaing, Schneider, Singier, Poliakoff…

  • De nouveaux artistes en exclusivité (abstraits des années 50)

Les ateliers de Wanda Davanzo et Paul Tenèze ont récemment rejoint la galerie.

Mais sont toujours présents les fondamentaux qui ont fait le succès de la galerie, certains depuis plus de 30 ans : Etienne Beothy, Ernest Engel-Pak, Oscar Gauthier, Wladyslaw Lopuszniak, David Malkin, Gérard Vulliamy…

  • De nouveaux artistes contemporains :

Gérald Berghammer et Ina Forstinger, jeunes photographes autrichiens, ainsi que Bruno Suter, peintre et sculpteur suisse ont exposé à la galerie en 2018.

Mais la galerie continue à soutenir Guérin, Hommes et Kanno…

  • Une plus grande disponibilité personnelle pour la galerie

Pour cela, en janvier 2017, j’ai renoncé à la présidence d’ASGP, l’association des galeries de Saint-Germain-des-Prés, après 30 ans d’activité.

Pour la même raison, en janvier 2018 et après 9 ans d’activité, j’ai souhaité ne pas renouveler mon mandat de vice-président et trésorier du CPGA, le syndicat national des galeries d’art.

Mais je continue à participer au conseil d’administration de l’Unicef-France, cause humanitaire qui me tient particulièrement à cœur.

  • Une nouvelle foire

Luxembourg Art Week est venue s’ajouter à St’Art Strasbourg, à laquelle la galerie est fidèle depuis une vingtaine d’années (et à Art Paris et Art Karlsruhe).

 

Jean-Pierre Arnoux

Janvier 2019

Far removed from passing fashions, Galerie Arnoux has, since its beginning 31 years ago, given itself a dual vocation, and from 2017, the challenge of a fresh impetus.

Its essential vocation is to allow the discovery, or the rediscovery, of the avant-garde abstract works of the 1950s.

It is therefore dedicated to exhibitions or retrospectives of painters or sculptors of that period, for the most part exclusively, thus supporting long term work.

But it is also present in the “secondary market”, acquiring the works of well-known artists, such as, for example, R. Bissière, A. Manessier, G. Singier, G. Schneider or L. Zack…....

1950s abstract expressionism, one of the main avant-garde movements of the 20th century, is at last taking its deserved place among knowledgeable collectors, delighted to find at the gallery historic works at still affordable prices.

Most of the exhibitions illustrate very well this key period, of an exceptionally creative effervescence, when artists had the justified impression of revolutionising pictorial language.

The second vocation of the gallery is to promote contemporary artists whose original or innovative expression clearly distinguishes itself from the 1950s.

Lastly, the gallery has taken on a fresh impetus, this renewal is characterised by an enrichment of the offer through exhibitions by new artists, painters, sculptors or photographers but also by a reinforcement of acquisitions of important works from the “secondary market”.

Jean-Pierre Arnoux

Galeriste et bénévole

  • Jean-Pierre Arnoux a toujours choisi des activités où rigueur et sensibilité se combinent. Son parcours s’inscrit dans des domaines différents mais toujours liés à ses principaux centres d’intérêt : l’art et les collections, la communication et le développement ; mais il se consacre aussi à différentes causes et ce, de manière bénévole.

 

  • Il constitue sa première vraie collection grâce aux enquêtes par sondage qu’il effectue pour la SOFRES pendant ses 7 années d’études. Puis ce sera 16 ans passés dans le conseil en publicité et marketing dans de grandes agences parisiennes (Havas Conseil, Publicis-conseil...). Mais parallèlement il se passionne pour les abstraits des années 50 et avec le projet, déjà bien arrêté, de s’orienter vers le marché de l’art, dans une seconde vie. 

 

  • C’est ainsi que depuis 33ans il dirige sa galerie au 27 de la rue Guénégaud, à Saint-Germain-des-Prés.
    Il lui a donné pour vocation essentielle de faire découvrir ou redécouvrir les avant-gardes abstraites des années 50 que l’on situe généralement dans le cadre de la "seconde Ecole de Paris".

 

  • En parallèle Jean-Pierre Arnoux s’est toujours consacré à diverses activités d’intérêt général ou collectif. Il les a menées de front au travers d'associations, de syndicats et d'organismes humanitaires, le plus souvent liés au secteur culturel et artistique et, bien sûr, de façon totalement bénévole :

- dès la fin des années 80, vice-président-fondateur de Saint-Germain-des-Beaux-Arts, l’association réunissant les galeries de ce quartier mythique ;

-  de la fin des années 90 à 2016, président-fondateur d’Art Saint-Germain-des-Prés, association qui succède à la première et dont il est le président d’honneur depuis 2017 ;

- depuis le début des années 2000, membre-fondateur du conseil de sélection de St’Art, foire d’art européenne de la ville de Strasbourg à laquelle il est très attaché ;

- de 2009 à 2017, il est l'un des conseillers du Comité Professionnel des Galeries d'Art, le syndicat des galeries d’art moderne et contemporain, pour en devenir trésorier en 2012, et également vice-président en 2017 ;

- enfin depuis 2014, membre du conseil d'administration de l'Unicef-France, organisme au profit duquel il a organisé de nombreuses ventes depuis 2004 ;

 

  • Récemment, il a renoncé à la présidence d’ ASGP et à la vice-présidence du CPGA pour recentrer ses activités sur la galerie Arnoux et l’Unicef.

Janvier 2019

Jean-Pierre Arnoux has always chosen activities where rigour and sensitively combine. Although his career path has evolved in different domains, they have always been linked to his centres of interest: art and collections, communications and development. In addition, he is committed to different voluntary causes.

He built his first collection thanks to the opinion polls he carried out for SOFRES during his 7 years studying.  But it was the abstract works of the 1950s that were his passion during the 15 years spent in the advertising and marketing consultancy (Havas-Conseil, Publicis-Conseil…) with the well matured idea of moving towards the art market, in a second life.

That is what led him to open his gallery on rue Guénégaud, Saint-Germain-des-Prés which he has been managing for 30 years.

In parallel, Jean-Pierre Arnoux has always devoted himself to various activities for the common or collective interest. He carries out these activities through associations, syndicates or humanitarian organisations, mostly linked to the cultural and artistic sector and, of course, on a completely voluntary basis.

- From the late 1980s, vice president-founder of Saint-Germain-des Beaux-Arts, an association bringing together the galleries of this mythical area.

- Starting in the late 1990s, founding President of Saint-Germain-des-Prés Art, an association which succeeded the previous one and of which he has been honorary president since 2017.

- Since 2012, treasurer of the professional committee of Art Galleries, the syndicate of modern and contemporary art galleries after having been one of its advisors for 3 years.

- For 15 years, founding member of the selection committee of St’Art, the European art fair of the town of Strasbourg, to which he is very attached.

- Lastly, since 2014, member of the executive board of unicef France, for whose benefit he has organised numerous sales since 2004.

Sophie Rosset Culleron

Titulaire d’un doctorat en histoire de l’art sur l’œuvre du peintre André Marfaing, elle rejoint la galerie Arnoux en 2006.

Holder of a doctorate in history of art on the work of the painter André Marfaing, she joined the gallery in 2006.

Expo. Engel-Pak - Beothy